TÉLÉCHARGER BENOIT BITTON A NYAMBE WEM GRATUIT

Nous semblons avoir honte de nos langues, mais les civilisations qui ont conquis la lune et naviguent aux confins de notre galaxie les tiennent en haute estime! Rares sont les intellectuels africains qui maîtrisent leur langue maternelle. La philosophie africaine de la période Di nsayap njel ilam iman wés ni ntila bikaat bi hop wés a mpohol. Il Y a donc des liens interdépendants, inséparables, qui existent historiquement entre les utilisateurs d’une langue et la langue elle-même dans des espaces et des temps détenninés ; en considérant à juste titre les utilisateurs d’une telle langue comme les inventeurs de celle-ci.

Nom: benoit bitton a nyambe wem
Format: Fichier D’archive
Système d’exploitation: Windows, Mac, Android, iOS
Licence: Usage Personnel Seulement
Taille: 34.66 MBytes

Iônni minyaô aliénant e adj. Leur grand amour, leur grande patience et leur longue assistance auront été pour moi une grande source d’inspiration et de persévérance tout au long de la réalisation de cet ouvrage. Il Y a donc des liens interdépendants, inséparables, qui existent historiquement entre les utilisateurs d’une langue et la langue elle-même dans des espaces et des temps détenninés ; en considérant à juste titre les utilisateurs d’une telle langue comme les inventeurs de celle-ci. IÔÎini ngandak Iilôli, amnésie nf ihôya lôfini ngandak lilôô amnésique adj. Me nlômblene bagwal bem kaat ini, ba ba bi pule nyemb ki me nginda yii ndik litjee Ii man. Lire un extrait Partager. Iônni bikeni ngandak ntômbôs ngim jam, Iibômbhak Ii ba ampleur ni bikeni bi ngim jammbômbôs ngim jam amplifiant e adj.

La maison d’édition et de diffusion l’Harmattan a accepté de les publier. Cela représente déjà un beau succès pour le jeune lexicographe.

Rares sont les intellectuels africains qui maîtrisent leur langue maternelle. Plus rares encore ceux qui, vivant dans les pays occidentaux, enseignent la langue de leurs ancêtres à leurs propres enfants. Ils parlent un mélange hétéroclite bitton français, d’anglais ou d’espagnol avec leur propre idiome. Pendant ce temps, des Européens ou des Américains viennent chez nous apprendre nos langues, mieux étudient et enseignent ces parlers africains au niveau universitaire dans 1’hémisphère nord.

Dans les années bneoit, je suivis, à Duquesne University, Pittsburg un cours de Bassa, Douala et Ewondo, Cameroundispensé par le Dr Cole, un professeur de souche anglaise venu d’Afrique du Sud et qui maîtrisait 7 langues bantu. Nous semblons avoir honte de nos langues, mais les civilisations qui ont conquis la lune et naviguent aux confins de notre galaxie les tiennent en haute estime!

Cela devrait nous donner à réfléchir et aboutir à mettre à l’honneur ces parlers qu’aucune francophonie ou anglophonie ne devrait condamner à la disparition.

LE MBOMBOK BENOIT BITTON EN CONFERENCE A L’HOTEL LEWAT A DOUALA

Inyu len, ndap genoit ini le Harmattan i ‘neebe i pémés gwo b ibaa. Inyu yés, hala a fiunda bôdôl i ba gwééne ntila wés bikaat. Me nti ntila wés bikaat nunu bibégés ngandak, inyule a nsal nson u u nkônha bésbobasôna maséé. Ndék bon i Afrika i i nyi kaat kikii nye, yon i ntibil yak yi mahop map.

I nsômbla i yéfi ngandak inyu i léba bôt kikii nye ba ba ‘nifiil i Mbefinge ‘Bakana, ndi ba mpôthak ki bon bap hop u basôgôlsôgôl bap. Libak Ii bôt ba ba mpôdôs bé bon bap mahop map Ii nhôfilaha me kaat i Etiemble ini le « Parlez-vous franglais? Ndi nuna ki, Bakana ba nsugul bé ndik i nigil mahop més, ndi yak niiga yomede ba ‘niiga ma i bisuklu gwap bikefii i bilofi gwap. I nwiimalét nkefinkefi nunu Ie Cole, man Afrika i nwel ‘mbok, nu a bé yi letee ni mahop ma Afrika masaambok, a bé niiga bés hop ‘basaahop ‘ihala, hop ‘libii mahop ma Kamerun ma.

I mpôôna wee mahop més ma nwéha bés nyuu i pot ni i nigil, benoiy ki minlélém mi Bakana mi mi bé yak i sôfi, nwo mi nti mahop més lipém ngandak. Bittton lamga hek pék, di bukhak mahop més i bisu inyule mut nye kikii nye a nhémle bé le yak bés di yé bôt to homa to wada i mbefinge ‘Bakana.

Nana a nkahal pam jam kikii bo môm imaa ma nwii ni mitan, le me yimbe i kaat basaa-pulasi i François de Gastines malét i suklu i Libermann i Ihala a bi hielel hielak, pôôna kefii i pôla hop u lôk Héber lôfini mahop més. Jan, me nhofiolle di ba le bittoon pala kobol bibel ibabé i gwélél mahop ma BakanaIl Y a environ 25 ans, dans la préface du dictionnaire BassaFrançais, une beniot ou adaptation du allemandbassa publiée par le Père François de Gastines au Collège Libermann de Douala Camerounje fis remarquer une curieuse parenté entre les langues bantu et les langues benokt, surtout l’hébreu en ce qui concerne les extensions verbales.

Les formes hébraïques hiphil, hophal ont leurs correspondances chez nous, ce qui nous permettrait de traduire de nombreux passages de la bible mot à mot du texte original hébreu en Bassa ou en Ewondo, au lieu de passer par les traductions ou plutôt commentaires de la bible de Jérusalem ou de la bible de Second.

Le lexicographe Bellnoun Momba a choisi de se servir de l’écriture non phonétique, sans doute parce que l’autre n’est pas familière à la plupart d’entre nous. On peut le comprendre, mais l’écriture phonétique est commune à toutes les langues du monde et permet à chacun de lire n’importe quel texte qui se présente. Si, en plus, dans nos langues à tons l’on indique soigneusement et correctement ces derniers, un lecteur Fon du Bénin vous donne l’impression de comprendre une page de Bassa qu’il déchiffre pour la première fois.

Tels quels, les dictionnaires de Bellnoun Momba sont appelés à rendre de nombreux services non seulement aux missionnaires et explorateurs, mais aux locuteurs autochtones d’abord.

  TÉLÉCHARGER DRISSI ABBASSI GRATUIT

Ils connaîtront mieux leur propre langue, et comme l’a montré Cheikh Anta Diop, ils pourront les adapter et les amener à exprimer le langage des sciences. Nous souhaitons un plein succès à l’initiative de notre jeune auteur. Di nIa neebe liyonokjé Ii mam, ndi ta hala, di nhonolle fônétika i yé lofinge jam ngandak inyule i ‘néhne bôt ba ba nyi an njel i a an to umbe hop u u ntilba.

Ni yo, kii ka lihéga, man Bénen nu a mpot hop u Fan a ga bana bé ndutu yo kikii yo i sofingol hop ‘Basaa u ba nti nye inyu ngéIé i bisu. Mintén mi bikaat bi hop u Basaa mi Bellnoun Mamba a ntila, mi ga ti ngandak bôt ngandak mahôla ; ndi tétén bon ba Basaa, ba ba yé bet hop. Ni bikaat bini, bon ba Basaa ba ga qem nigil ni nuambe hop wap. Hala nyen a ga néhne bo njel i tibil bon ngende ngende mam. Hala nyen Cheikh Anta Diop, man Sénégal ni soso soso nyinyi, a ba kal.

Di nsayap njel ilam iman wés ni ntila bikaat bi hop wés a mpohol. Di nkal nye le: Avec tout le respect, je le remercie au plus haut degré. Ma gratitude va aux familles: J’adresse mes remerciements à la France pour son accueil et son hospitalité. A mon cher pays, le Cameroun où je vis le jour, je voue mon amour ineffable. Je tiens à remercier les Editions L’Harmattan qui ont rendu la publication de ce livre possible.

I Le nom de l’auteur de ce livre ainsi que ceux de certaines personnes relnerciées ici, ont été écrits selon l’orthographe qui figure dans leur acte de naissance et non selon la vraie orthographe Bassa. Voici COlmnent on devrait écrire correctement leurs noms: Me nhôya bé lôk ‘kéé ini: Me nti loti ‘Pulasi yosôna mayéga inyu malegege ni matéédaga map.

Gwéha yem i gwé bé lisuk inyu Ion yem Kamerun. Me nti ndap ‘nson ini le Harmattan mayéga maketii inyu nson nlam u i nsalle kaat ini i la pam.

I Di ntila jôl Ii ntila kaat ini, ni Inôl ba bât bahogi ba di nti mayéga, nlélém kikii Ina yé ntilga ikédé bikaat gwap bi magwéé, ndi ha kikii ba ntila bé ni ngende hop ‘Basaa. Lana ba lal11ga tibil tila l11ôll11ap: Leur grand amour, leur grande patience et leur longue assistance auront été pour moi une grande source d’inspiration et de persévérance tout au long de la réalisation de cet ouvrage.

Je dédie ce livre à mes très, très chers parents, que le destin m’a malheureusement enlevés de manière précoce, alors que je n’étais encore, que presque un bébé. Je dédie eem ce livre à tous les orphelins du monde entier. Me nlômblene bagwal bem kaat ini, ba ba bi pule nyemb ki me nginda yii ndik litjee Ii man.

Ndômbôl i kaat ini i yé yak bitron bon ba nyuu ba nkon ‘isi wonsôna. Il propose une approche linguistique nouvelle d’une des langues du Cameroun, à savoir le Bassa, et assure à l’utilisateur la justesse et la pertinence des traductions des mots qu’il recherche.

De même, les tableaux des proverbes, de l’orthographe corrigée de certains noms propres Bassa, du pluriel des mots, de leurs diminutifs, des noms des pays du monde qu’il offre, seront d’un secours précieux au lecteur pour l’approfondissement de ses connaissances de la culture biyton de la langue Bassa.

Avec ces additions, ce dictionnaire se présente comme un outil complet de travail et utile à tous, qui ne peut évidemment pas prétendre à toutes les ressources, mais qui vient se superposer en tant qu’élément de progrès et de joie à la grande ébauche des langues camerounaises en général, et de la langue Bassa en particulier.

BELKA TOBIS – Jumelles [Paroles – Lyrics] – Самые популярные видео

Di ‘noode tila yo ni i hielel yo ni hop ‘Pulasi i nya i yé le i tômbôl bésbobasôna i bnoit, i nok benoti i tila hop’ Basaa. Inyu i kônde ha kaat yés mahofi, di nha mangéni mahogi ma benoig nhielel ni hop ‘Pulasi, bibuk lôfini bôl yap, bibuk lôiini bititigi gwap, môl ma bilon bi nkofi ‘isi, ngende môl i bon ba Basaa, ni mahôla manya manya inyu i la pala sofingol kaat ini. Di mbot fiem le kaat ini, i i ga lama kôndba i bikaat bi mahop ma Kamerun mape, ndi téntén i bikaat bi hop u Basaa, i ga bane bés bobasôna lofinge sélél, ni kikii ngim loiinge ntén iloii hi maé, hi di ga lama telbene bés bobasôna inyu we, ke ndigi ni bisu i manjel ma mahol ni ma mahak.

En plus de ce constat auquel nous procédons, et que nous considérons comme wen évidence, nous signalons avant de continuer que nous ne sommes ni linguistes, ni historiens, ni anthropologues de fonnation en général; encore moins spécialistes de la langue et de l’histoire des Bassas en particulier. Mais, quoi qu’il en soit, nous tenons à signaler que nous ne croisons pas les bras en restant bouche cousue.

C’est w que nous disons donc qu’aucune langue, quelle qu’elle soit, sans nous tromper peut-être, ne peut, historiquement parlant, se séparer ou se dissocier des êtres qui l’utilisent dans tous les rapports qu’ils entretiennent entre eux.

Il Y a donc des liens interdépendants, inséparables, qui existent historiquement entre bittn utilisateurs d’une langue et la langue elle-même dans des espaces et des temps détenninés ; en considérant à juste titre les utilisateurs d’une telle langue comme les inventeurs de celle-ci.

L’existence historique des Bassas ainsi que leur langue sont à insérer dans la préhistoire de l’Humanité. Elles ne commencent pas, selon une certaine histoire, qu’avec une infime partie des Bassas qu’on trouve au Cameroun.

  TÉLÉCHARGER PILOTE IMPRIMANTE SAMSUNG ML 1640 GRATUIT

Elle a donc des ramifications qui s’étendent à d’autres sources d’infonnations non vérifiées sur place et qui laissent dire qu’on trouve les Bassas dans un certain nombre d’autres pays africains tels que le Nigeria, la République Démocratique du Congo, la Zambie, le Mozambique, la Sierra Leone, le Liberia, le Togo, le Sénégal, la Guinée-Conakry etc.

Certaines autres sources ont été consignées par écrit par des chercheurs précisant que les Bassas qui peuplent dès lors quelques régions bsnoit Cameroun sont les descendants des anciens citoyens égyptiens qui assumèrent diverses responsabilités de toutes sortes dans des hautes sphères dirigeantes benoiy administratives de ces époques historiques concernées jusqu’au niveau des fonctions les plus élevées.

Ne pourrait-on donc pas dire, après avoir interrogé l’histoire, que l’éparpillement antérieur des Bassas, fut probablement le résultat désastreux dont ce grand empire fut victime de la part des ses agresseurs? Ibale u nkônde ki we, di nyi bé hop ‘Basaa ta minan mi litén jés, mam ma nkônde ki let. Ha inyu hala bé nyen di ga hôô ndik moo i behoit ; yak tjél, di tjél tila hop wés tjakda tjakda, di kahal ndik memle diléba di nkon ‘ngii. Mifiafi mi di ‘nigil mi nkal bés le, mut a nIa bé bagal ngim hop ni bôt ba ba mpot hop u.

benoit bitton a nyambe wem

To kii i lenek, ngim liada i yé ndik i pôla bapot hop lôOOihop u ba mpot. Ba nlama yon litén Ii Basaa lôfini hop wap kikii mbin ‘likas Ii ndap yada i i bi yon ngaba ikeni i on nkon ‘isi unu. Mut a nIa bé kalle bon ba Basaa ba yéne ndigi i Ion ‘Kamerun, ndi a sugul ndik ha. Bktton bape ba bi tila le, Basaa ba Kamerun ba lôl i Igiptô, ni le ba ba ki bafinga mbin bôt i biane bi bifaraô, bebek yak bifaraô gwomede.

Cette question si importante que nous posons dans toutes ses dimensions reste grandement ouverte. On ne peut y répondre qu’en intelTogeant sans relâche diverses phases historiques dont les recherches doivent être entreprises par toutes celles et tous ceux qui aspirent à vouloir découvrir certaines vérités qui sont jusque-là dissimulées à dessein, et panni lesquelles la langue bassa.

Nous insistons donc sur la langue que parlent les Bassas du Cameroun, parce que c’est le sujet essentiel qui nous préoccupe dans ce livre. Bien que les Bassas du Cameroun parlent fondamentalement la même langue, il existe néanmoins des différences plus ou moins remarquables qui nyamve essentiellement de la prononciation et de la façon de l’écrire.

Ces divergences introduites par les religions catholique et protestante sont le fruit et le résultat d’un travail habile, mais ô combien foncièrement négatif et nocif, des éléments extérieurs qui imposèrent les façons dont la langue bassa devait être parlée et écrite.

C’est à partir de ce moment-là qu’intervint le désordre dans la façon d’écrire et de parler la langue bassa que nous connaissons jusqu’à ce jour. En effet, il n’existait qu’une seule façon d’écrire la langue bassa que nos ancêtres nous avaient léguée; façon d’écrire qui aurait pu se développer sans l’intervention malheureuse et malencontreuse des forces extérieures.

Malgré tout ce qui précède, certaines bases linguistiques fort louables furent jetées par nos prédécesseurs; beenoit bases nous ont servi de tremplin pour écrire ce dictionnaire.

En écrivant donc ce livre, nous nous sommes exempté complètement de tout esprit partisan, de tout esprit benit compétition ou de concurrence de quelque type que ce soit, à l’égard de qui que ce soit.

Car, seul nous anime et nous guide au plus haut niveau, l’amour ineffable que nous vouons à la langue de nos ancêtres, à savoir, la langue bassa.

benoit bitton a nyambe wem

behoit Di nlôôha pôdôl hop ‘Basaa, inyule won u yé nlôm jam munu ikédé kaat ini. Ta hala kikii Basaa bobasôna ba mpot nlélém hop, ndék mbakla i yé ikédé lipodok ni litilga jé. Bibaase bi Bakana lôk Pata ni lôk Safingô gwon bi lona nijubus mbakla, téntén i pes i litilga ni i lipodok.

Ibôdôl ha ngéda i nyen mpufingu ni mayanda ma jôp i tila ni i pot hop’ Basaa letee ni len ini. Ndi ki behee, batata bés ba ba tila nlélém litilga, ba nôklaga ki lofinge lofinge.

Ndi batét bôt ba néhne bé bo njel i tibil tek ikuu hi hop wap.

BELKA TOBIS – Jumelles [Paroles – Lyrics]

I mbakla i matilga ni mapodok ii lona jena ‘makifi, pémbaha ‘makifi, ngolba, ngi manôkla ni ôa ikefii i nya i yé le, linyafi Ii bôt Ii kahal nolna. Ndi ki ,ba ba bébék lélé i bitéé bi mis le ba nhémle ndik Nyambe wada nu gwéha ni nu nsafi. To hala kikii safi i i bana ngui ngandak, ngim bôt i la kan ngim ilofi hi maé hi yak bés di ntelbene len ini inyu i la tila kaat ini.

benoit bitton a nyambe wem

Di ntila bé kaat ini ni mahofiol ma ngôk, ta ma ngolbata ma pémbsan, ndina ni ta ma ôa ikolba mut nye kikii nye. Di ngwés ndik le, di bédés makala ma hop wés Basaa, u di ngwés ngandak kiyaga, letee ni mba ni mba.

Le Cameroun s’étire vers le Nord, fonnant un triangle de km2. La République du Cameroun compte dix provinces administratives qui sont les suivantes: